blog.gifBlog - Archives

Rubriques

La vie...

Métier de perdir

Système éducatif

TIC(E)

Vie des établissements

direple.fr


Derniers billets
11/09/2016 - 12:38
Alerte sociale ...
05/11/2015 - 18:49
Harcèlement ...
29/10/2015 - 13:07
Le climat scolaire ...
05/09/2015 - 10:59
L'ennui à l'école ...

Derniers commentaires


Warning: mktime() expects parameter 4 to be long, string given in /web/jpginfo/direple/inc/blogcalendar.inc on line 42

Warning: mktime() expects parameter 4 to be long, string given in /web/jpginfo/direple/inc/blogcalendar.inc on line 43

Warning: mktime() expects parameter 4 to be long, string given in /web/jpginfo/direple/inc/blogcalendar.inc on line 44

Warning: mktime() expects parameter 6 to be long, string given in /web/jpginfo/direple/inc/blogcalendar.inc on line 45
Archives
12-1969 Janvier 1970 02-1970
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Billets des amis
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

La question première des toilettes - par JPG

Le café pédagogique du 12 mars expose un article faisant état de la parution d'un rapport de l'ONS (Observatoire National de la Sécurité et de l'accessibilité des établissements d'enseignement).

Lire l'article du café pédagoqique
Lire le rapport de l'ONS

Constats :
[...] seulement un élève sur cinq du secondaire utilise normalement les toilettes de son établissement. Mais le pire c'est que le diagnostic n'est pas vraiment partagé. Quatre établissements sur dix estiment que tout va bien sur ce plan chez eux. Deux sur trois se satisfont d'un entretien quotidien des toilettes. Quand la moitié (42%) des élèves se plaignent du manque de papier, 90% des établissements estiment que les toilettes en sont dotées. On observe le même aveuglement pour l'absence de savon. Le rapport souligne que la question est rarement traitée en CA et même en comité d'hygiène et sécurité. Bref, les établissements ferment les yeux et se pincent le nez.
Conséquences :
[...] le fait de se retenir toute la journée a des conséquences importantes sur la santé des enfants. En 2003, la thèse de Bénédicte Hoarau portait sur des collégiens. Elle a pu faire le lien entre l'utilisation des toilettes et les indications de fréquence de symptômes abdominaux, digestifs et urinaires. L’étude montre que ce sont les filles qui souffrent le plus des troubles recensés : incontinence urinaire, brûlures à la miction et constipation, douleurs abdominales. Cela influe davantage sur leur capacité à se concentrer.
En 2008, Philippe Meirieu déclarait : " On ne dit pas assez à quel point cette impossibilité totale de trouver l'intimité nécessaire et l'environnement accueillant entraine (les écoliers) vers une sorte de déni complet de ces réalités physiques... Que ce qui est vraiment inconvenant c'est de réserver les toilettes propres et entretenues aux seuls adultes.. On ne dit pas que c'est cette attitude qui condamne les enfants à l'obscénité"... Nous exaltons dans nos institutions l'intelligence spéculative, tandis que nous les contraignons à s'humilier au quotidien. "
 
L'ONS penche pour la responsabilisation des élèves. D'autres pensent que la question est davantage réglementaire.
Pour mon compte, je rassemble les deux propositions en disant que c'est à l'équipe de direction de se saisir de cette question première (passant avant toutes les autres). C'est ce que nous essayons de faire dans notre établissement pourtant vieillot, en appliquant les solutions suivantes :
- installation de stations de lavage (lavage au jet) permettant une véritable désinfection des locaux ;
- remise en peinture des portes dès qu'il le faut ; des plaques d'inox fin ont été vissées dans le bas des portes ;
- installation de distributeurs de papiers hygiénique dans chaque cabine, de type "Lotus SmartOne" (gros distributeurs qui ne donnent qu'une feuille à la fois) ;
- installation de distributeurs de savon liquide ou mousse, recharge régulière ;
- installation de sèches-mains électriques à air pulsé ;
- information des élèves et prise de conscience ;
- résolution rapide des désordres constatés.
J'ajoute deux points sur lesquels nous ne sommes pas suffisamment performants :
- la surveillance des lieux ;
- la séparation des urinoirs par des écrans (les garçons se plaignent du manque d'intimité, c'est bien de cela qu'il s'agit d'abord, avec la question des portes trop courtes en bas et/ou en haut).
Publié le 13/03/2014 - 20:32  - Poster un commentaire Poster un commentaire - Voir Ajouter le vôtre   Prévisualiser  Imprimer l'article 

L'école du socle - par JPG

Terra Nova, réservoir d'idées du parti socialiste, vient de faire paraître une note proposant d'agir pour répondre au constat suivant :
Le recrutement social de nos élites se rétrécit. Notre école est ainsi devenue la plus inéquitable de l’ensemble des pays développés, celle où les résultats et les parcours des élèves dépendent le plus de leur origine, en opposition totale avec l’objectif d’égalité des chances.

La fondation propose d'agir dans trois directions :
- assurer la continuité des parcours, la progressivité des évolutions et la cohérence des enseignements et de l’éducation entre l’entrée à l’école primaire et la fin du collège ;
- favoriser une mixité sociale et scolaire accrue des établissements et des classes ;
- promouvoir une pédagogie de l’hétérogénéité centrée sur le traitement de la difficulté scolaire au sein des classes, la coopération et l’aide mutuelle entre élèves.

 
Ce projet d'école commune, à l'objectif foncièrement républicain, prévoit des mesures concrètes, comme la mise en réseau des écoles d'un secteur, la fusion des corps des professeurs des écoles et des certifiés, la gestion des écoles et collèges confiés à la même collectivité territoriale.

Saluons cette proposition éminemment progressiste en ce qu'elle ne considère pas liée par les blocages actuels (statuts, découpage administratif).

Lire la synthèse
Télécharger la note

J'ajoute à ce projet, encore assez général, quelques propositions « personnelles » (je n'ai rien inventé) susceptibles d'ancrer cette refondation :
- établissement d'un référentiel national pour chaque type d'école ou établissement, avec des effectifs maximum, des surfaces minimum, des types d'aménagements incontournables ;
- bivalence pour tous les nouveaux professeurs recrutés ; imposition d'un nombre maximum d'intervenants par niveau, pour tendre à la monovalence des enseignants en troisième ;
- fin du collège « Fort-Boyard », avec son agitation chaque fin d'heure, en favorisant des modules de deux heures et/ou la mobilité des enseignants plutôt que celle des élèves (une salle par classe) ;
- fin du service anachronique de la vie scolaire, séparant artificiellement les enseignements de l'action éducative et faisant frein au travail d'équipe ;
- fondation d'un seul établissement support de réseau, avec à sa direction le principal du collège secondé par les directeurs d'écoles, ses adjoints ; dans ce dispositif, les corps des IPR et des IEN devront être redéfinis en missions et en établissements d'intervention.

J'ajoute également, puisque le lycée n'est pas abordé par la note évoquée, qu'on ne pourra faire l'économie de sa réforme : il me semble que la définition d'un lycée polyvalent généralisé permettrait de poursuivre cette rénovation républicaine.
Publié le 07/03/2014 - 16:50  - Poster un commentaire Poster un commentaire - Voir Ajouter le vôtre   Prévisualiser  Imprimer l'article 

La refondation enterrée ? - par JPG

Bernard Girard, professeur en collège, a commis sur Rue89 un article exposant la renonciation du gouvernement à la refondation, pourtant annoncée en grandes pompes.

Deux extraits :
L’annonce du report à la rentrée 2016 de l’entrée en vigueur des nouveaux programmes scolaires vient conclure toute une série de reculs notifiés ces dernières semaines et dissiper les ultimes illusions que l’on pouvait encore entretenir sur la volonté réformatrice du gouvernement : la refondation de l’école, censée combiner dans une même approche une refonte des contenus de l’enseignement, des rythmes scolaires équilibrés et une redéfinition du travail des enseignants, est morte avant même d’avoir vu le jour.

[...]
En fin de compte, à travers ces tergiversations à répétition du ministre de l’Éducation, c’est bien une logique de régression sociale qui est à l’œuvre. N’accepter de remettre en cause – ou les retarder pour des raisons fallacieuses – ni les contenus enseignés (les programmes) ni les pratiques (les enseignants, leurs missions, leur formation) ni les conditions d’apprentissage des élèves (les rythmes scolaires) conduit à se satisfaire d’une situation dont on sait très bien, sauf à s’aveugler, qu’elle pénalise les élèves issus des milieux défavorisés.

Mais le rêve de beaucoup, même chez des enseignants « de gauche », n’est-il pas finalement que l’enseignement secondaire redevienne ce qu’il était à son origine : un enseignement de classe ?

Publié le 01/03/2014 - 11:30  - Poster un commentaire Poster un commentaire - Voir Ajouter le vôtre   Prévisualiser  Imprimer l'article 

Profession des parents et résultats scolaires - par JPG

La fiche "Pisa à la loupe n° 36", éditée par l'OCDE, s'intéresse à la corrélation entre la profession des parents et les résultats scolaires des élèves.

On n'en finit pas de pointer l'école française qui renforce les inégalités :
L’enquête PISA montre que la France et la Nouvelle-Zélande obtiennent une performance en mathématiques dans la moyenne de l’OCDE, mais affichent, en revanche, un niveau d’inégalité supérieur à la moyenne dans le domaine de l’éducation : l’écart de performance entre les enfants dont les parents exercent une profession qualifiée et les enfants dont les parents exercent une profession non qualifiée y est parmi les plus marqués.

Voici la conclusion de cette étude :
S’il existe une forte corrélation entre la profession des parents et la performance des élèves, le fait que les élèves de certains systèmes d’éducation, indépendamment de la profession de leurs parents, puissent obtenir de meilleurs résultats que les enfants d’autres pays dont les parents exercent une profession intellectuelle ou scientifique montre qu’il est possible d’offrir aux enfants d’ouvriers la même qualité de possibilités d’apprentissage que celle dont bénéficient les enfants d’avocats et de médecins.

Alors, refondons vraiment !
Publié le 22/02/2014 - 10:13  - Poster un commentaire Poster un commentaire - Voir Ajouter le vôtre   Prévisualiser  Imprimer l'article 

Fiches métiers des personnels de l'éducation - par JPG

Les fiches métiers des personnels de l'éducation (professeurs) sont en ligne.

C'est là.

Il s'agit de la mise sur le papier des missions effectives des uns et des autres. Quant à la refondation annoncée et à la grande réforme du statut de 1950...
Publié le 22/02/2014 - 09:52  - Poster un commentaire Poster un commentaire - Voir Ajouter le vôtre   Prévisualiser  Imprimer l'article 
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2617 membres


Connectés :

( personne )
direple.fr et vous

Ajouter aux favoris Recommander ce site Ecrire au Webmaster Statistiques


  visiteurs

  visiteurs en ligne


Record de visiteurs simultanés

le 09/03/2015 - 23:19
^ Haut ^