blog.gifBlog - Système éducatif

Rubriques

La vie...

Métier de perdir

Système éducatif

TIC(E)

Vie des établissements

direple.fr


Derniers billets
11/09/2016 - 12:38
Alerte sociale ...
05/11/2015 - 18:49
Harcèlement ...
29/10/2015 - 13:07
Le climat scolaire ...
05/09/2015 - 10:59
L'ennui à l'école ...

Derniers commentaires

Archives
09-2018 Octobre 2018 11-2018
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Billets des amis
Système éducatif

Pisa 2012 : billet d'humeur  -  par JPG

liberte.jpg

Le ministre actuel est le premier à prendre en compte toutes ces données négatives, la plus préoccupante étant le renforcement des inégalités par l'école de la République... cry C'est ce qu'on attend du titulaire de ce poste, non  ? Sinon, comment croire à la politique ?
Et, que constate-t-on ? Des oppositions catégorielles (profs d'école, professeurs de CPGE) !

Nul ne peut plus, désormais, nier la dégradation de l'efficience de notre système, dont seuls profitent les enfants de cadres supérieurs et d'enseignants.
Alors qu'il a été demandé que la devise de la République soit affichée au fronton de tous les établissements, le citoyen doit-il exiger qu'un adhésif noir recouvre le second terme, en signe de deuil ?

L’école maternelle, il y a peu, était auto-déclarée comme la meilleure du monde. Le mal s’installe dès l’école primaire, qui peine à donner aux élèves issus de familles défavorisées les clés qui faisaient la gloire de l’école de la première moitié XXe  siècle. Dorénavant, les clés sont cachées, seuls les enfants issus de familles des catégories supérieures peuvent y accéder, par leurs capacités ou par la prise en charge de leurs parents, compensant les manques de l’école. Les RASED sont des alibis ; les maîtres supplémentaires de vraies ressources.

Donc, le ministère a décrété la refondation de l’école. Quel républicain pourrait se contenter du constat négatif, c’est à dire ne rien envisager pour redresser la barre, nous montrer dignes de nos idéaux ?

En primaire, une demi-journée supplémentaire a été décidée. Observons quels sont les freins à une telle avancée… Il est vrai que la France est un pays étendant sa population sur une grande surface : les contraintes sont donc différentes de celles de l’Allemagne, par exemple.

Pour le second degré,  l’évaluation par compétences a été introduite, comme ce fut le cas en primaire en 1989. Mais sans que personne ne réclame l’abandon de la notation. Se côtoient donc deux systèmes contradictoires, laissant les équipes se débrouiller avec cette dichotomie, un peu symbolique de la schizophrénie ordinaire dans une France friande des figures de style. Et, tant professeurs que personnels de direction sont tenus pour responsables du non aboutissement de cette réforme pourtant salutaire ! Tous sont culpabilisés ; mais qu’en a-t-il été de la formation continue, de l’investissement des personnels d’inspection ?

J’ajoute que, dans le bassin dans lequel je travaille, le taux d’accès à la seconde GT est insuffisant. Les acteurs de l’éducation nationale ne remplissent pas leur rôle, puisqu’ils cautionnent le manque d’ambition des familles plutôt que d’agir pour exposer les enjeux actuels et la vérité de la scolarité contemporaine au lycée.  On dirait que tous s’entendent pour favoriser leurs enfants…

Chacun l’a bien compris, il n’est pas possible de poursuivre dans cette voie.
Les Français ne s'y trompent pas, ils ne supportent plus cette situation désormais clairement exposée.
Publié le 07/12/2013 - 18:41  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 


Commentaires

Réaction n°1  -   par  mojacob le 05/01/2014 - 15:19

Votre commentaire est réaliste et le fait de ne penser qu'à la réussite de son enfant me pousse à dire que le mot fraternité est également endeuillé.Chaque proposition ministérielle est systématiquement mise en cause pour préserver des acquis, des conforts de vie, des facilités professionnelles qui vont à l'encontre de la réussite des élèves. N'oublions pas qu'être fonctionnaire dans l'éducation nationale c'est être au service des enfants et de leur réussite pour que notre pays puisse avancer avec toute sa population.Une égalité n'est pas possible car nous ne sommes pas des clônes mais la fraternité donne les clés à l'autre pour qu'il puisse ouvrir les portes de la vie à son rythme, selon ses capacités et sa culture.La fraternité ne replâtre pas, n'illusionne pas,mais fait appel à la vérité du don de soi.

Réaction n°2  -   par JPG le 25/01/2014 - 12:50

Merci Marie-Odile de votre commentaire. Oui, la fraternité est également atteinte : que reste-t-il de la République ?


Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2639 membres


Connectés :

( personne )
direple.fr et vous

Ajouter aux favoris Recommander ce site Ecrire au Webmaster Statistiques


  visiteurs

  visiteurs en ligne


Record de visiteurs simultanés

le 09/03/2015 - 23:19
^ Haut ^