blog.gifBlog - Système éducatif

Rubriques

La vie...

Métier de perdir

Système éducatif

TIC(E)

Vie des établissements

direple.fr


Derniers billets
11/09/2016 - 12:38
Alerte sociale ...
05/11/2015 - 18:49
Harcèlement ...
29/10/2015 - 13:07
Le climat scolaire ...
05/09/2015 - 10:59
L'ennui à l'école ...

Derniers commentaires

Archives
08-2018 Septembre 2018 10-2018
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Billets des amis
Système éducatif

Parcours des bacheliers  -  par JPG

Les notes de la DEPP (Direction de l'Evaluation, de la Prospective et de la Performance du MÉN) ont repris leurs parutions, c'est une bonne nouvelle.

La 10.13 de septembre 2010 étudie l'évolution et le parcours des bacheliers du panel 1995.

Extraits :
"Les chances de devenir bachelier sont très liées aux acquis et au retard scolaires à l’entrée en sixième
L’incidence du retard accumulé au cours de la scolarité primaire sur l’orientation de l’élève et sur l’obtention finale du baccalauréat est importante. Seul un quart des élèves ayant redoublé une fois dans l’enseignement primaire obtiennent le baccalauréat (tableau 2). Le constat est encore plus marquant pour les élèves ayant accumulé plus de un an de retard à l’entrée en sixième : seulement 13 % d’entre eux deviennent bacheliers. Obtenir un baccalauréat scientifique dès lors que l’élève a redoublé, ne serait-ce qu’une seule fois, au cours de sa scolarité primaire constitue un événement rarissime.
Ces fortes disparités de réussite se retrouvent lorsque l’on prend en compte le niveau en français et en mathématiques, mesuré par le score aux évaluations nationales de sixième. En effet, neuf élèves sur dix qui figuraient parmi les 25 % ayant obtenu les meilleurs résultats aux évaluations sont devenus bacheliers contre seulement un sur quatre de ceux qui se situaient dans le quartile le moins performant.

Les disparités sociales de réussite ont plutôt tendance à s’aggraver
Observées à l’aune de l’obtention du baccalauréat, les disparités sociales de réussite sont marquées : 91 % des enfants d’enseignants obtiennent le baccalauréat contre moins des deux tiers des enfants des employés de bureau et de commerce, la moitié des enfants d’ouvriers qualifiés et un peu plus de un enfant d’inactifs sur quatre.
Comparativement à la situation qui prévalait parmi les élèves entrés en sixième en 1989, les écarts de réussite entre élèves originaires de milieux sociaux différents ont plutôt tendance a s’aggraver. En effet, un élève dont le père est enseignant a 14 fois plus de chances relatives d’obtenir le baccalauréat que celui dont le père est ouvrier non qualifié dans le panel 1995, contre seulement 9 fois dans le panel 1989.

À caractéristiques comparables, aucune différence de réussite entre les élèves du secteur public et du secteur privé
De fait, à caractéristiques scolaires et familiales à l’entrée en sixième comparables, aucune différence significative quant aux chances d’obtenir le baccalauréat n’apparaît entre les élèves qui ont effectué toute leur scolarité soit dans le public, soit dans le privé. Les disparités de réussite qui apparaissaient en première approche s’expliquent donc par les différences de recrutement des deux secteurs : les élèves du privé ont plus tendance à devenir bacheliers que ceux du public parce qu’ils bénéficient d’un environnement familial plus favorable et sont arrivés au collège avec un retard scolaire moindre et un niveau d’acquis plus élevé. En revanche, la moindre réussite des élèves ayant migré du secteur public vers le secteur privé au cours de leur scolarité apparaît nettement. Les élèves qui ont fait un changement inverse connaissent un destin scolaire beaucoup plus favorable puisqu’ils ne se distinguent pas significativement des élèves n’ayant jamais changé de secteur. Les changements n’ont en effet pas le même sens. On quitte souvent le public consécutivement à des difficultés scolaires, alors que l’on migre davantage du privé vers le public par stratégie, notamment pour entrer en seconde dans un lycée disposant d’une CPGE.
Publié le 15/09/2010 - 18:09  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2629 membres


Connectés :

( personne )
direple.fr et vous

Ajouter aux favoris Recommander ce site Ecrire au Webmaster Statistiques


  visiteurs

  visiteurs en ligne


Record de visiteurs simultanés

le 09/03/2015 - 23:19
^ Haut ^